17 May
17May

La titrisation peut aider les fonds de pension et les organisations caritatives à soutenir une économie durable tout en obtenant un bon rendement. Sven Ulbrich, directeur général de Fund2sec, explique pourquoi c’est important.

Cet article a été écrit pour Delano, traduit et édité pour Paperjam. Écrit par Aaron Grunwald.

De nombreux investisseurs institutionnels souhaitent investir davantage dans des projets durables, mais sont limités par des politiques internes ou des réglementations gouvernementales qui les empêchent de placer trop de liquidités dans certaines catégories d’actifs. La titrisation, qui divise les investissements en morceaux plus digestes, est une solution tentante. 

Une nouvelle société veut simplifier ce processus pour les initiateurs et les investisseurs. Fund2sec est une plateforme de titrisation basée au Luxembourg et axée sur les actifs durables pour les investisseurs institutionnels. Elle a démarré ses activités en mars et prévoit d’annoncer «bientôt» sa première émission, qui sera cotée à la Bourse de Luxembourg. 

Fund2sec est une coentreprise entre Fair-Finance, un fournisseur de fonds de pension à orientation sociale basé à Vienne, et Fund2seed, un cabinet de conseil à orientation sociale en Allemagne dirigé par Sven Ulbrich. (Fair-Finance et Ulbrich ont une autre coentreprise au Luxembourg – une plateforme de fonds pour des investissements immobiliers durables).

Actuellement, Fund2sec compte 1,5 employé à temps plein: Sven Ulbrich partage son temps entre l’Allemagne et le Luxembourg, et Nadja Knoth est basée à 100% au Grand-Duché. Sven Ulbrich a déclaré lors d’une interview que «nous allons embaucher, en particulier dans les domaines de la comptabilité et de l’informatique, dans les deux prochains mois» et que d’autres postes de gestion et d’exploitation suivront.

Qu’est-ce que Fund2Sec et qu’essayez-vous de faire? 

Sven Ulbrich. – «C’est à la fois un véhicule de titrisation et une société. Tous deux basés au Luxembourg, qui s’adressent aux investisseurs durables à la recherche d’actifs durables dans lesquels investir. Fund2sec sera le partenaire qui fera le lien entre l’actif et l’investisseur, uniquement pour les thématiques d’investissement durables.

Quels types de projets seront répertoriés sur la plateforme? «Le développement durable est un sujet très subjectif. Un investisseur, par exemple, recherche plutôt des investissements sociaux et responsables. Un autre cherchera plutôt des sujets écologiques. Nous voulons être ouverts sur ce point, car nous ne sommes pas nous-mêmes de véritables experts en durabilité. Mais généralement, l’investisseur a quelque chose en tête, disons des plateformes solaires, ou de l’énergie verte, ou des logements abordables, etc. Nous réunissons les deux parties avec un expert afin de nous assurer que l’investisseur dirige son argent vers son sujet durable.

Il peut donc s’agir d’un investissement avec un objectif d’impact ou d’un investissement qui répond à certains critères ESG ? «Oui, et peut-être même un peu plus. Je veux dire que l’un de nos groupes d’investisseurs ciblés est constitué de fondations. Et ces fondations, afin d’atteindre leurs objectifs caritatifs, ont besoin de gagner de l’argent. Parfois, les fondations caritatives décident d’investir dans des actions ou des investissements normaux. Cependant, nous leur fournissons une plateforme pour atteindre leurs objectifs durables.

De plus, nous avons une discussion importante avec l’un de nos principaux partenaires en ce moment, parce qu’il dit: ‘Cela n’a pas de sens d’investir dans des investissements verts. Ils sont déjà écologiques et évalués’. Nous devons plutôt investir dans des entreprises non écologiques, afin d’être partie prenante et de les amener à changer réellement pour le mieux, au lieu de nous contenter d’investir dans les meilleures. Par conséquent, pour nous, il faut soit que l’actif soit durable, soit que l’investisseur ait un cadre de durabilité, mais il ne doit pas se conformer aux deux en même temps.

Comment sélectionnez-vous les initiateurs? «Via notre partenaire Fair-Finance. Fair-Finance a été l’un des premiers spécialiste des pension à se consacrer aux investissements durables. Il ne propose que des solutions axées sur les investissements durables, ce sont donc de véritables experts. Tous les projets que nous intégrons sont validés par le Conseil d’administration. Fair Finance participe au conseil consultatif afin de valider les projets des initiateurs pour qu’ils soient proposés aux investisseurs. 

Si les initiateurs savent qu’ils seront examinés par Fair-Finance, cela pourrait automatiquement éliminer les personnes qui ne devraient pas être là? «Oui… l’un des problèmes majeurs de l’investissement durable est la transparence. Il est vraiment difficile d’être un investisseur durable. Il y a 10 ans, j’avais un projet visant à créer un fonds éthique pour des groupes de l’Église catholique… Ils ont discuté de l’investissement dans les armes et de savoir s’il s’agissait vraiment d’un investissement éthique. Ils ont répondu par l’affirmative, tout en refusant d’investir dans des entreprises du secteur de la santé, car ils craignaient tout ce qui était lié à la recherche sur les cellules souches embryonnaires.

Cela m’a paru étrange, car pour moi la médecine est éthique, mais pas les armes. Mais c’était l’inverse pour ces investisseurs. J’ai donc décidé à ce moment-là que je n’étais pas celui qui dirait ce qui est durable ou éthique et ce qui ne l’est pas. Laissons l’initiateur ou l’investisseur décider en fonctions de ses idées. Bien sûr, il y a des interdits. Mais c’est surtout une question de transparence et d’information.

Vous ne donnez donc aucun conseil ni aucune recommandation, vous vous assurez simplement que des informations claires soient fournies aux investisseurs? «Non effectivement. Ce n’est pas vraiment le but principal d’être un conseiller, car, comme je l’ai dit, à mon avis, il est vraiment difficile de prévoir ce qu’une personne pense être durable ou non. Votre idée de ce qu’est la durabilité est peut-être totalement différente de la mienne. Pour être conseiller, vous avez besoin de certaines normes, et ces normes de marché ne sont pas encore données. Donc, pour l’instant, c’est très subjectif.

Où ces titres vont-ils être cotés? «Cela dépend de la demande des investisseurs. L’objectif principal est que les produits soient cotés sur un marché régulé. La plupart des investisseurs – qu’il s’agisse d’une fondation caritative, d’un fonds de pension ou autre – sont très réglementés. Soit par le régulateur, soit simplement parce qu’ils ont besoin de s’assurer que leur argent est en sécurité. Et donc, ce devrait être l’environnement le plus régulé. Notre premier produit, par exemple, devrait être coté en Bourse de Luxembourg dans le segment des obligations vertes.

Vous parlez du Luxembourg Green Exchange? «C’est exact.

Mais vous ne coterez pas exclusivement des titres à la Bourse de Luxembourg? Il pourrait s’agir d’une bourse en Allemagne ou en Norvège? «Oui. Normalement, les investisseurs apportent quelques idées sur les produits qu’ils souhaitent voir répertoriés. Un fonds de pension, par exemple, n’investit pas directement dans des actions ou des obligations. Il utilise des fonds communs de placement ou des fonds spéciaux pour investir dans un instrument final. Et le gestionnaire du fonds a parfois des listes, il veut que le produit soit coté à Francfort, en Autriche, à Malte ou ailleurs.

La cotation est une chose très technique et opérationnelle. Cependant, j’apprécie réellement la Bourse de Luxembourg, car à mon avis, ils font vraiment du bon travail. Surtout lorsqu’il n’est pas forcément question de commerce. Ce n’est pas une bourse de négociation, c’est une bourse de cotation. Si vous voulez faire du trading et si vous voulez avoir une grande liquidité et un grand volume, alors vous devez potentiellement vous tourner vers Francfort, Londres ou toute autre bourse principale qui est plus reconnue au niveau international.

Y a-t-il une limite géographique? Je veux dire, est-ce que c’est seulement pour les projets européens ou est-ce que cela pourrait fonctionner pour un projet en Asie ou au Canada? «Il n’y a pas de limite mondiale ou régionale. Sauf qu’à l’heure actuelle, la Russie serait exclue en raison des sanctions.

Vous préparez actuellement votre première émission. Combien de produits comptez-vous lancer? «À notre avis, pour construire une plateforme durable, il ne faut pas faire un ‘big bang’. C’est-à-dire: clamer dès le début ‘j’ai 100 produits, je suis le plus grand’, etc. Mais pour vraiment construire une entreprise – et c’est différent des autres plateformes de titrisation au Luxembourg –, nous voulons vraiment avoir des gens ici, des structures au sein de l’entreprise – et cela signifie que l’objectif devrait être, dans un délai d’un an, d’avoir quatre à cinq projets listés. Et puis d’augmenter ces chiffres à 10 ou 12 dans la deuxième année, vraiment juste pour avoir un processus de croissance en douceur. Sinon, à un moment donné, la durabilité disparaît.

Y a-t-il autre chose de vraiment important à savoir sur la plateforme ou à propos de ce que vous faites? «Lorsque j’ai présenté la plateforme, j’ai réalisé que certaines personnes ne comprennent pas que les organisations à but non lucratif doivent gagner de l’argent. C’est vrai pour leurs parties prenantes; les parties prenantes ne devraient pas recevoir de dividendes. Mais une organisation sans but lucratif doit gagner de l’argent pour financer ses activités caritatives. Une partie importante de la collecte de fonds d’une organisation à but non lucratif consiste donc à investir dans des placements rentables. C’est quelque chose qui, pour les gens normaux, semble étrange, parce que c’est ‘sans but lucratif’. Pourquoi une organisation à but non lucratif recherche-t-elle des revenus d’investissement? Elle y est obligée, car elle doit financer ses activités!

C’est sans but lucratif, ce n’est pas sans revenu? «Oui, l’argent ne tombe pas du ciel. Les associations doivent le gagner. C’est quelque chose que nous essayons également de communiquer, à savoir qu’il n’est pas contradictoire qu’une organisation à but non lucratif investisse son argent. Plus le rendement est élevé, plus ils peuvent investir dans leurs projets et avoir un impact important.

Pensez-vous que ce sera votre principal public en matière d’investisseurs? «Je pense que oui. Le secteur à but non lucratif serait le principal secteur du côté des investisseurs. Mais pour compléter le tableau, à mon avis, une organisation à but non lucratif, ce n’est pas seulement Caritas ou la Croix-Rouge. C’est aussi le fonds de pension typique, car un fonds de pension ne gagne pas d’argent pour lui-même. Il gagne de l’argent pour payer les plans de retraite de ses clients. Par conséquent, les fonds de pension et les organisations caritatives sont les principaux investisseurs de la plateforme, oui.»

Kommentare
* Die E-Mail-Adresse wird nicht auf der Website veröffentlicht.